Traditionnel, Identité, Modernité

Announcement title (long): 
Traditionnel, Identité, Modernité dans les cultures du Sud-Est européen : la littérature, les arts et la vie intellectuelle au XX-ème siècle. Actes du colloque international bulgare-français 1–2 octobre 2004, Sofia.
Country: 
Bulgaria
Production: 
Institut d’Études Balkaniques, Artois Presses Université
Contact: 
Assoc. Prof. Roumiana L. Stantcheva, R.L.Stantcheva@gmail.com

Dominées par une interrogation centrale sur la notion de « traditionnel », ces contributions insistent sur l’ampleur, la continuité et l’intensité des échanges qui ont eu lieu, à toutes les époques, entre les sociétés du Sud-Est de l’Europe et l’Occident. La conception Occidentale de la « modernité » et du « modernisme » ont souvent renforcé l’affirmation de l’identité moderne des cultures Sud-Est européennes dans une amalgame complexe avec la tradition locale. C’est une sorte de cartographie intellectuelle, littéraire et artistique qui est proposée en cinq étapes : la littérature et les arts, la réception et la traduction, la vie intellectuelle, la vie politique, la mémoire et la reconstruction du passé dans cette région de l’Europe.

Traditionnel, Identité, Modernité dans les cultures du Sud-Est européen :  la littérature, les arts et la vie intellectuelle au XX-ème siècle

Textes réunis par ROUMIANA L. STANTCHÉVA, ALAIN VUILLEMIN

TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION


I. la littérature et les arts

- ALAIN MONTANDON (Université « Blaise Pascal » - Clermont-Ferrand 2 et Institut Universitaire de France) : L'hospitalité aux risques de la tradition et de la modernité chez I. Kadaré et quelques écrivains français.

- RAYA KOUNTCHEVA (Institut de Littérature auprès de l’Académie Bulgare des Sciences) : Observations sur la situation spirituelle de Paul Valéry.

- KALIN MIKHAÏLOV (Université de Sofia  « Saint Clément d’Ochrid ») : La (re)construction de l'identité orthodoxe dans la  critique littéraire bulgare sur Dostoïevski.

- MILENA GUEORGUIEVA (Institut d’Histoire de l’Art auprès de l’Académie Bulgare des Sciences) : La modernité non découverte : la tradition nationale dans l’œuvre d’Ivan Penkov.

- DOÏNA ZAMFIR-GOES et JAN GOES (Université d’Artois, France) : Eclectisme dans l’art de Constantin Brâncuşi: idées, images et sculptures entre le traditionnel et le moderne.

- ZLATKA TIMENOVA-VALTCHEVA (Université Lusophone de Lisbonne, Portugal) : Le traditionnel et le moderne dans Un Roman naturel de Gueorgui Gospodinov.

- LILIA KIROVA (Institute for Balkan Studies at the Bulgarian Academy of Sciences): Modern against Traditional in the Balkans (The end of 19th and the beginning of 20th centuries)



II. la réception et la traduction

- ALAIN VUILLEMIN (Université d’Artois, France) : Les traits dualistes dans les Ecrits inédits de Lubomir Guentchev, poète et dramaturge bulgare d’expression française

- VASSILKA TAPKOVA-ZAÏMOVA (Institut d’Etudes Balkaniques auprès de l’Académie Bulgare des Sciences) : Sur la mode de Paris après 1919.

- RAÏA ZAÏMOVA (Institut d’Études Balkaniques auprès de l’Académie Bulgare des Sciences) : La presse francophone bulgare : universalisme et identité nationale

- DINA MANTCHEVA (Université de Sofia « Saint Clément d’Ochrid ») : Les textes sacrés  dans la dramaturgie symboliste francophone et bulgare.

- BOGDANA ILTCHEVA (Institut d’Études Balkaniques auprès de l’Académie Bulgare des Sciences) : La présence des idées d’Emile Zola dans la perception de la folie par deux écrivains balkaniques : Liviu Rebreanu et Gueorgui Raïtchev.

- ELENA GUETOVA (Université de Plovdiv “Païssy Hilendarski”) : La traduction journalistique comme réception du Moderne. (Observations de la presse à l’époque du Réveil national).

- MAYA TIMENOVA (Université de Plovdiv “Païssy Hilendarski”) : Le rire irrésistible du Bulgare.

- MARIE VRINAT-NIKOLOV (INALCO) : La traduction au service d'une littérature moderne. Pentcho Slaveïkov et le cercle "Missăl" (fin XIXe - début XXe).

- FOTINI CHRISTAKOUDI (Institut d’Études Balkaniques auprès de l’Académie Bulgare des Sciences) : Un « moderne » : Constantinos Hadzopoulos.

- NADIA DANOVA (Institut d’Études Balkaniques auprès de l’Académie Bulgare des Sciences) : Entre la tradition et la modernité : l’évolution de la vision de la mer à l’époque de la formation de l’identité nationale bulgare.



III. La vie intellectuelle

- ELENA SIUPIUR (Institut d’Études Sud-Est Européennes, Roumanie) : Les fonctions et la mission politique des intellectuels en Europe du Sud-Est au XIXe siècle.

- DIANA MISHKOVA (Centre for Advanced Study, Sofia): “The Normative and the Romantic: Evolutionism, Modernity and the National Self in Balkan Construction of Europe”.

- ADELINA STRANDGEVA (Université de Plovdiv “Païssy Hilendarski”) : Le manuel ou l’approche moderne d’assimilation de la tradition.

- JULIETTA VELITCHKOVA-BORIN (Université de Sofia « Saint Clément d’Ochrid »): L’éducation bulgare au début des années 1930 entre la tradition et la volonté de rénovation pédagogique.

- NIKOLAY ARETOV (Institute for Literature at the Bulgarian Academy of Sciences): Identity, Tradition and Values in the Ideas of Contemporary Bulgarian Humanities. Personal Observations.

- RADOSVETA GETOVA (University of Southampton, United Kingdom): Modernity and the Burden of Tradition:  the Creation of Meaning in a Radical Political Context.

- SVETLA MOUSSAKOVA (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : Littérature et transformations sociales au XXe siècle : réflexions sur la figure de l’intellectuel bulgare, « passeur » culturel entre l’Est et l’Ouest.



IV. La vie politique

- ARNAUD DE RAULIN (Université d’Artois, France) : Les visages de l’Europe.

- OCTAVE DE LAZERO (Institut d’Études Sud-Est Européennes, Roumanie) : Le paysage politique albanais en R. Macédoine : la constitution d’une classe politique albanaise en R. Macédoine (1990 -2000).

- CONSTANTIN IORDAN (Institut d’Études Sud-Est Européennes, Roumanie) : Diplomates roumains dans le Sud-Est européen après la première guerre mondiale : entre politique et carrière.

- LAURENTIUS VLAD (Institut d’Études Sud-Est Européennes, Roumanie) : Constantin N. Braïloiu (1809/1810 – 1889) : esquisse de biographie d’un homme politique conservateur.

- OGUNIANA HRISSIMOVA (Institut d’Études Balkaniques auprès de l’Académie Bulgare des Sciences) : La fortune du modèle des droits civiques en Royaume de Bulgarie d’après la Constitution de Tǎrnovo.



V. LA MEMOIRE ET LA RECONSTRUCTION DU PASSE

- CLEO PROTOHRISTOVA (Plovdiv University “Paisii Hilendarski”): The Attic Tragedy and the Bulgarian Modernist Project.

- NADEJDA DRAGOVA (Université du Sud-Est « Néophyte Rilski », Bulgarie) : Le théâtre de l’Absurde.

- NEDKA KAPRALOVA (Institut de Littérature auprès de l’Académie Bulgare des Sciences) : Danse et parole dans l’histoire culturelle de la Bulgarie moderne.

- YORDANKA BIBINA (Institute for Balkan Studies at the Bulgarian Academy of Sciences): Dancing In Turkish Literature.

- LUDMILA MINDOVA (Institut d’Etudes Balkaniques auprès de l’Académie Bulgare des Sciences) : La danse folklorique et la culture socialiste dans les romans de Milan Kundera.

- SANYA VELKOVA (Institute for Balkan Studies at the Bulgarian Academy of Sciences): Dancing and the Modern Greek Self-Consciousness: Path, Measure, Truth and Harmony.

- VANINA BOJIKOVA (University of Sofia « St Climent Ohridski »): The Balkan tradition in the works of  Mircea Cartarescu.

- MALAMIR SPASOV (Institute for Balkan Studies at the Bulgarian Academy of Sciences): Mircea Eliade’s Maitreyi between the Traditional Morals and Modern Identity.

- ROUMIANA L. STANTCHEVA (Institut d’Études Balkaniques auprès de l’Académie Bulgare des Sciences) : Le modernisme et la danse – parallélismes entre les Balkans et l’Europe Occidentale.

***

INTRODUCTION

 

Dominé par une interrogation centrale sur la notion de tradition et sur la transformation de ce qu’on appelle le « traditionnel » dans la « modernité », puis dans le « modernisme » et leur liaison avec l’affirmation de l’identité culturelle des pays balkaniques, les actes de ce colloque proposent une sorte de cartographie intellectuelle, littéraire et artistique, sur les échanges qui ont eu lieu depuis le XVIII° siècle, sous l’influence de l’Europe des Lumières, entre les sociétés du Sud-est de l’Europe et celles de l’Ouest de l’Europe. Ces transformations semblent s’être déroulées selon un schéma général commun à ces cultures, suscité par un désir d’intégration croissant des littératures balkaniques à la grande famille des littératures européennes. Les causes de ce rapprochement sont extérieures aux Balkans. C’est grâce à l’apparition, à la formation et à la diffusion d’idées et de conceptions jugées plus « modernes », à la fin du XVIII° siècle et au début du XIX° siècle, notamment à la suite des bouleversements provoqués en Europe par la Révolution française, que les cultures balkaniques ont découvert lentement la possibilité d’explorer des voies nouvelles. Dès lors, chacune de ces littératures a cherché à inscrire ses propres aspirations, à son rythme propre, à l’intérieur des mouvements, des courants et des tendances qui s’affirmaient au même moment à l’Ouest de l’Europe. La littérature et les arts en ont été des lieux d’expression privilégiés. Les emprunts, les modes et les traductions en ont favorisé la réception. La vie intellectuelle s’est organisée autour de ces débats sur un plan social, esthétique et idéologique. Ces efforts sont devenus conscients, délibérés, avec la constitution de nouvelles élites politiques. La mémoire, la reconstruction savante du passé ou, au contraire, sa préservation par l’intermédiaire des traditions populaires, sont aussi intervenues dans ces processus complexes. Ces phénomènes sont encore trop méconnus dans le monde occidental. Les contributions réunies tentent d’en éclairer des aspects éclatés, de différents points de vue et dans une perspective pluridisciplinaire.

Ce colloque est le quatrième d’une série de manifestations internationales qui ont été organisées conjointement, depuis 1999, entre le Certel de l’Université d’Artois et l’Institut d’Etudes Balkaniques de l’Académie Bulgare des Sciences dans le cadre d’un programme de recherches communes sur « Littératures balkaniques et littératures comparées » et sur les questions de « réception, de périodisation, de traduction et d’éditions francophones » qui étaient posées. Le premier de ces colloques a porté, à Sofia, en mai 1999, sur Interférences historiques, culturelles et littéraires entre la France et les pays de l’Europe centrale et orientale (XIX° et XX°siècles)[1], le second s’est tenu à Arras et à Paris, en septembre 2000, sur La France, l’Europe et les Balkans : crises historiques et témoignages littéraires[2]. Le troisième a eu lieu à Sofia, en mai 2001, sur L’Europe, la France, les Balkans : Littératures balkaniques et littératures comparées[3]. Ce présent colloque s’est déroulé en octobre 2004, à Sofia, en se conjuguant à un autre programme de recherches sur « la vie intellectuelle et les élites », mené par l’Institut d’Etudes Sud-est Européennes de l’Académie Roumaine, à Bucarest, en Roumanie, et par l’Institut d’Etudes Balkaniques de l’Académie Bulgare des Sciences, à Sofia, en Bulgarie. Cette manifestation triangulaire, française, roumaine et bulgare, s’est aussi inscrite dans le cadre du 40° anniversaire de la création de l’Institut d’Etudes Balkaniques qui a développé ses activités au long des années en liaison avec l’Association Internationale d’Etudes du Sud-est Européen (AIESEE). Le Cercle Académique de Littérature Comparée (CALIC) de Bulgarie, membre de l’Association Internationale de Littérature Comparée (AILC), s’y est associé. Trois langues de travail ont été acceptées, le français, le bulgare et l’anglais. C’est la raison pour laquelle, aux côtés de participants des institutions organisatrices, ont pris part aux travaux des chercheurs et des universitaires venus de l’Institut Universitaire de France et de l’Université « Blaise Pascal » (Clermont-Ferrand 2), de l’Université « Sorbonne-Nouvelle » (Paris 3), de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Paris, de l’Université de Southampton en Grande-Bretagne, de l’Université Lusophone de Lisbonne au Portugal, de l’Université « Saint-Clément d’Ochrid » de Sofia, de la « Nouvelle Université Bulgare » de Sofia, de l’Université « Païssy Hilendarski » de Plovdiv, de l’Université « Néophyte Rilski » de Blagoevgrad, du Centre des Etudes Avancées de Sofia et de l’Institut d’Art ainsi que de l’Institut de Littérature de l’Académie Bulgare des Sciences.

Ce colloque international s’est déroulé sous le triple patronage des Ambassades de Roumanie en Bulgarie, de France en Bulgarie et de Bulgarie en France. Les travaux ont été ouverts par M. Yves Saint-Geours, Ambassadeur de France en Bulgarie, et par M. Mihail Rosianu, Ambassadeur de Roumanie en Bulgarie. Un message communiqué par M. Marin Raykov, Ambassadeur de Bulgarie en France, a été lu. Les participants ont été accueillis par M. Naoum Yakimoff, secrétaire scientifique général de l’Académie Bulgare des Sciences, par M. Agop Garabedian, Directeur de l’Institut d’Etudes Balkaniques auprès de l’Académie Bulgare des Sciences et par M. Arnaud de Raulin, représentant M. Alain Vuillemin, directeur du Certel de l’Université d’Artois, par Mme Elena Siupiur, secrétaire scientifique de l’Institut des Etudes Sud-Est Européen auprès de l’Académie Roumaine, et par Mme Roumiana L. Stantchéva, Présidente du Cercle Académique de Littérature Comparée de Bulgarie.

                                                                                 Roumiana L. Stantcheva

                                                                                 Alain Vuillemin

 


[1] Interférences historiques, culturelles et littéraires entre la France et les pays d’Europe Centrale et Orientale (XIX-e et XX-e siècles). Textes réunis par : Roumiana L. Stantcheva, Alain Vuillemin, Oguniana Hrissimova, Alexandre Kostov. Éditions Académiques « Prof. Marin Drinov », Sofia, 2000. Avec les contributions de O.Hrissimova, P. Tzvetkov, D. Parouchéva, Al. Kostov, B. Njagulov, E.Kalinova, A. Kuzmanova, N. Joubert, Y.-M. Tchoreloff, G. Noël, B. Lory, R. Zaïmova, E. Raïtcheva, N. Danova, N. Kapralova, V. Tapkova-Zaïmova, J. Vélitchokova-Borin, L. Nikolova, N. Aretov, V. Dimova, L. Minkova, A. Vuillemin, R. Dilbazova, M. Vrinat-Nikolov, V. Guenova, G. Tzankov, J. Chevrier, D. Ignatova, J. Farkas, A. Baltchéva, D. Mantchéva, R.L. Stantcheva 

[2] La France, l’Europe et les Balkans : crises historiques et témoignages littéraires. Textes réunis par Roumiana L. Stantchéva, Alain Vuillemin, Oguniana Hrissimova, Jean-Pierre Arrignon. Éditions de l’Institut d’Études Balkaniques, Sofia et Artois Presses Université, Arras, 2002. Avec les contributions de : A. Kostov, R. Park-Barjot, A. d’Angio, D. Barjot, F. Bocholier, Y.-M. Tchoreloff, G. Noël, A. Stantchéva, D. Parouchéva, S. Bochew, L. Cézari, O. Hrissimova, T. Sandu, Ph. Caby, N. Danova, E. Raïtchéva, E. Guéorguiéva, A. Vuillemin, J. Tcholakova, M. Vrinat-Nikolov, D. Mantchéva, S. Moussakova, R. Gétova, N. Kapralova, Y. Chevrel, R. Zaïmova, V. Tapkova-Zaïmova, A. Pééva, G. L. Armianov, É. Robert, M. Muthu, R. L. Stantchéva

[3] L’Europe, la France, les Balkans : Littératures balkaniques et littératures comparées. Textes réunis par Roumiana L. Stantchéva et Alain Vuillemin. Éditions de l’Institut d’Études Balkaniques, Sofia, Artois Presses Université, Arras, 2004. Avec les contributions de : Francis Claudon, Antoanéta Baltchéva, Sinéva Béné-Katunaric, Yordanka Bibina, Penka Danova, Juliette Vélitchkova-Borin, Sandrine Bochew, Angel Bagdasar, Jean-Pierre Levet, Nadia Danova, Nikolay Arétov, Marie Vrinat-Nikolov, Vassilka Tapkova-Zaïmova, Raïa Zaïmova, Izabella Badiu, Péter Veltchev, Jenö Farkas, Svetla Moussakova, Bernadette Morand, Alain Vuillemin, Ecaterina Grün, Efstratia Oktapoda-Lu, Jacques Chevrier, Wladimir Troubetzkoy, Dina Mantchéva, Fridrun Rinner, Kalin Mikhaïlov, Jean-Marc Moura, Boïan Mantchev, Eliana Raïtchéva, Roumiana L. Stantchéva.  
AttachmentSize
Introduction.doc34 KB
BalkaniCover.pdf116.46 KB
Table_des_matieres.doc38 KB